L’assurance-vie, toujours un refuge

Publié le 22 mars 2013 dans Actualités par Nathan.


Le placement de l’assurance-vie continue d’attirer les Français au même titre que le Livret A. Et pour cause, avec l’assurance-vie peut rassembler différents instruments financiers comme bien sûr des fonds en euros, mais aussi d’autres choses comme des Sicav ou encore des Fonds communs de placement (FCP). De nombreux éléments à assembler (ou pas) qui permettent à l’assurance-vie d’être un placement intéressant, complexe, avec pas mal de possibilités selon la manière dont il est pensé.

Ne négligez pas les fonds en euros
Les fonds en euros restent primordiaux. Et pour cause : il s’agit là d’une manière de protéger son capital sans prendre de risque. De cette manière, chaque année, les gains obtenus capitalisent également. Et profitent de ce que l’on appelle « l’effet cliquer ». Cela signifie que même en cas de baisse des marchés, il n’y aura aucune conséquences ni sur les taux, ni sur les rendements de l’année précédente.

On note que le rendement n’est bien sûr pas très élevé. Mais les fonds en euros continuent d’être essentiels… encore plus pour les épargnants qui n’aiment pas les prises de risques.

Les fonds en euros sont aussi un outil de choix pour les épargnants qui veulent penser le plus finement possible leur contrat d’assurance-vie, en profitant de toutes ses ficelles. C’est-à-dire en mélangeant des actifs risqués et des fonds en euros pour s’y réfugier si cela devient nécessaire.

Variez sa gestion
Le plus intéressant reste de penser un contrat avec des supports nombreux et variés. C’est un peu à la carte. Certaines formules s’avèrent hyper sécurisées, d’autres sont plus risquées. Saviez-vous qu’il était possible de repenser son capital d’un support à un autre en cas d’évolution du marché et que ces « arbitrages » se faisaient sans fiscalité sur l’assurance-vie ?