UE : vers plus d’indépendance ou d’interdépendance ?

Publié le 4 juillet 2014 dans Actualités par Jean Batispte.


UE : vers plus d’indépendance ou d’interdépendance ?

A l’heure où se met en place le nouveau Parlement européen, composé d’un nombre significativement grandissant d’eurosceptiques et d’europhobes, le magazine spécialisé « The Banker » publie un intéressant rapport liant banques et indépendantisme.
Etudiant le cas de l’Ecosse, le magazine souligne qu’une Ecosse indépendante ferait prendre à son économie des risques très significatifs du à la présence d’un secteur bancaire totalement disproportionné. Une Ecosse indépendante aurait ainsi sous sa responsabilité un secteur bancaire douze fois plus grand que la taille de son économie, un ratio encore supérieur à celui de l’Islande ; et on se souvient de ce qu’il advint du secteur bancaire islandais lors de la crise de 2008.

Irréalisme des indépendantistes ?

Faut-il déduire de ce rapport que les rêves indépendantistes sont irréalisables ? Cette conclusion appuie celle déjà formulée auparavant par l’agence de notation Standard & Poor’s qui affirmait qu’en imaginant l’Ecosse comme indépendante lors de la crise de 2008, ce pays aurait dû se tourner vers la Banque d’Angleterre pour protéger ses déposants (et ce à supposer que l’Ecosse eut été autorisée à garder la Livre sterling comme monnaie –ce qui est improbable-, sinon sa situation aurait été encore plus désespérée).
Les situations économiques des différentes régions à volonté indépendantistes sont cependant fort différentes tout comme le sont les situations des différentes banques en Europe, et peut être que les régions le plus riches comme la Catalogne ou La Flandre peuvent encore rêver à un futur état indépendant.
Reste que ce rapport sonne comme une mise en garde contre des rêves indépendantistes qui pourraient bien se révéler impayables. Espérons qu’au Parlement Européen cet exemple sera utilisé pour dénoncer les politiques irréalistes de certains, tant au niveau local qu’au niveau national.

Une bonne mise en garde

Un bon rappel également pour les mondes financier et politique : au premier, on rappelle que, malgré les mesures prises ces dernières années, certaines grandes banques européennes ne sont toujours pas capables de supporter les tests de résistances tels que définis après la crise de 2008 ; au second, on rappelle que les volontés indépendantistes sont souvent irréalistes que l’intégration européenne devra trouver les moyens de répondre à cet euroscepticisme grandissant. Un challenge urgent si on en juge par la séance inaugurale du Parlement qui a vu les députés europhobes se tourner pour manifester leur refus des institutions au moment où résonnait l’hymne européen (l’Hymne à la joie de Beethoven).